mercredi, mai 22, 2024

Eséka : le préfet suspend l’association des chauffeurs

Monsieur Chaibou considérant les nécessités d’ordre public, a demandé à l’ACPEB-association des chauffeurs et propriétaires des véhicules Eséka-Boumnyebel de cesser ses activités dans les gares routières d’Eséka et de Boumnyebel.

Le document signé du préfet en date du 11 avril 2024 indique clairement en son article 1 : Sont pour compter de la date de signature du présent arrêté suspendues, les activités d l’Association des Chauffeurs et Propriétaires des véhicules Eséka-Boumnyebel (A.C.P.E.B), enregistré sous le Récépissé de Déclaration d’Association No32/RDA/J08/SAAJP du 15 mai 2017, dans les gare routières d’Eséka et de Boumnyebel.

Depuis lors, la gestion des voyages dans ces gares routières est entièrement
réservée aux communes d’Eséka et Ngog-mapubi, aussi renchérit-il. L’autorité administrative adosse la légalité de son acte sur l’article 156 de la loi N°2019/024 portant code des collectivités territoriales décentralisées. Celui-ci dispose que Les compétences suivantes sont transférées aux Communes : – la promotion des activités de production agricoles, pastorales, artisanales et piscicoles d’intérêt communal ; – la mise en valeur et la gestion des sites touristiques communaux ; – la construction, l’équipement, la gestion et l’entretien des marchés, gares routières et abattoirs ; -l’organisation d’expositions commerciales locales ; -l’appui aux microprojets générateurs de revenus et d’emplois ; – l’exploitation des substances minérales non concessibles.

Une decision qui fait suite à la reunion de concertation que le nouveau prefet a eu avec les responsables des syndicats de transporteurs le 26 mars 2024. Il s’est agi ce jour là, de la mise en application des dispositions de l’arrêté du ministre du commerce du 26 février fixants les tarifs harminisés des transports urbains par taxi, périurbain par car et autobus sur l’ensemble du territoire national.

Depuis lors, les tarifs officels ont été arrêtés ainsi qu’il suit : Eséka-Boumnyebel-800; Eséka-Lolodorf-1000; Eséka-Yaoundé-2000; Eséka-Douala-3000 puis Eséka-Maka-1500.
Tarifs que certains responsables syndicaux refusaient d’appliquer jusqu’ici selon certaines indiscrétion.

Articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers Articles